Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
par Trésor Kalonji

Piratage téléphonique : la police démantèle un réseau à Kinshasa

6 Octobre 2018 , Rédigé par tresorkalonji.over-blog.com Publié dans #simbox, #phreaking, #RDC, #contrefaçon, #piratage, #téléphone

La police nationale congolaise vient d’opérer une saisie spectaculaire ce lundi 1er octobre 2018. Des sujets chinois ont été interpellés à Kinshasa dans les communes de Limete et de Bandalungwa. En leur possession, un important lot de matériel Hi-tech dont entre autres des SIMBOX, utilisés pour router le trafic des appels internationaux, échappant ainsi au contrôle de l’autorité de régulation et du fisc.

L'un des sujets chinois appréhendé

L’interrogatoire des suspects a également révélé que ces individus étaient en mesure de fabriquer des cartes SIM. La police continue d’enquêter pour débusquer les autres réseaux opérants dans cette filière où, le manque à gagner pour le pouvoir public a été estimé à près de 120 millions de dollars.

Des étrangers au cœur du système
Cette saisie remet sur la table la question de la capacité des services de surveillance aux frontières à détecter ce type de matériel. 

Vue du matériel saisi

Si dans d’autres pays, les équipements technologiques sensibles sont régulièrement inscrits dans une liste mise à jour, cela ne semble pas être le cas en RDC où, n’importe qui, peut se trimbaler avec n’importe quoi dans un container ou des bagages à main, sans que cela n’éveille les soupçons des services de contrôle aux frontières. 

Dans certains aéroports par exemple comme aux USA ou en Angleterre, un passager ne peut pas embarquer avec un ordinateur ou un téléphone déchargé en cabine. Les agents de sûreté ont la latitude de demander aux passagers d’allumer leur laptop pour vérification. 

La liste noire
Il est plus que temps pour les services compétents, de dresser une liste des produits technologiques non autorisés à franchir nos frontières. Les téléphones contrefaits de grandes marques circulent sans encombre dans les grands centres urbains du pays sans que cela ne dérange. 

Lors de l’annonce du retrait du fabricant Samsung du marché congolais, l’ambassadeur de Corée du Sud avait évoqué la concurrence déloyale à laquelle faisait face les produits de cette société, dont les versions pirates inondent le marché. Dans l’industrie du disque, la contrefaçon a atteint des niveaux tellement inquiétants, que des maisons de distribution comme Kin Service Express, liquide des disques à 500 Francs congolais !

Un laxisme exporté

En Ouganda, la communication des communications a conditionné la vente des téléphones à une licence préalable. Les commerçants congolais y sont soupçonnés d'alimenter le marché de la contrefaçon et de la fraude, en activant des SIM ougandaises en RDC pour contourner l'obligation faite à tout abonné de s'enregistrer.

La capacité qu’ont acquis des individus et des groupes organisés à importer du matériel leur permettant d’alimenter le circuit de contrefaçon prend des proportions inquiétantes. Le retrait de Samsung et bien avant elle, d’autres sociétés fait suite à la faible réactivité des autorités sur cette question. Elle est loin encore cette époque, où la police saisissait et brûlait des téléphones contrefaits à Lubumbashi car depuis, des produits beaucoup plus dangereux ont fait surface. 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article