Overblog
Editer la page Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
par Trésor Kalonji

Le Chaos Informatique : Revers d'une répression irréfléchie

En ce 21ème siècle ; l’emprise des nouvelles technologies de l’information et de la communication sur nos vies et nos activités quotidiennes se fait de plus en plus pressant.

Mû par la société de consommation, l’Internet particulièrement a atteint des proportions tels que nul ne saurait en contester la nécessité dans le processus du développement durable.

Avec sa multitude de services englobant le commerce électronique, le multimédia, la messagerie ou encore la formation; le Web est devenu l’outil incontournable dont aucune nation aussi cloîtré et autarcique soit-elle ne pourrait se passer.

 

Jadis, Science expérimentale à la seule porte des initiés ; ces technologies sont aujourd’hui à la portée de tout être humain et constitue un accessoire à notre mode de vie actuel.

L’expansion d’Internet ne s’est pourtant pas fait sans heurts.
Des contre-indications sont venues souffler le froid sur une technologie incontournable à l’ère de la globalisation.

Elles sont le fait de hackers ; ces individus affablées de la dénomination de pirates informatiques, qui ont constitué à l’origine de la croissance du réseau des réseaux, la toute première communauté propre à la technologie informatique actuelle, pionnière du cyberespace.

Les coutumes et les traditions qui étaient jadis du domaine de ces férus des réseaux ont peu à peu gagné d’autres branches de nos sociétés; affectant militants politiques, syndicats et autres mouvances agissant à contre-courants de nos sociétés.

Décriés par les penseurs contemporains comme des marginaux d’une société en pleine mutation auxquels ils n’ont pas voulu s’intégrer ; les hackers se définissent eux-mêmes comme un contre-pouvoir à la domination et à la monopolisation de la société entre les mains des puissants (Grandes firmes informatiques et Gouvernements)

Du reste, il est intéressant de noter que les ténors de grandes industries informatiques actuelles, notamment aux USA ont fait partie de cette communauté lors de l’éclosion des premiers réseaux multi-utilisateurs.
Son origine remonte à l’apparition de ces réseaux et encore plus loin, aux expériences de l’ARPANET (l’ancêtre de l’Internet).

Les membres de cette communautés étaient à l'origine de moins en moins mû par des considérations financières et œuvraient (pour la plupart d’entre eux),pour une universalisation de la connaissance et du savoir à l’humanité toute entière.

On a ainsi déjà à cette époque, une première volonté d’Accès universel au savoir et à la connaissance; eut elle été scientifique ou non, qui sera plusieurs années plus tard, reformulées par les Institutions internationales dont l’UNESCO et d’autres organismes des Nations Unies !

Mais l’influence des Hackers ne se limite pas là. La communauté de l’Informatique Libre dont sont issues une panoplie d’applications diverses et multiples dont le Système d’Exploitation Linux (le seul système viable développé hors des Etats-Unis), doivent beaucoup à leur dévotion et leur engagement.

Les hackers n’étaient donc pas mauvais dès le départ, c’est suite à une série d’événements que cette corporation de programmeurs émérites se radicalisera pour constituer ‘ les parias’ que craignent nos contemporains actuels.

L’universalisme dont ils se sont fait les défenseurs a porté ses fruits, en ouvrant les portes de leur connaissance et savoir-faire. Aujourd’hui à portée de tous, ce savoir a mis sur orbite des délinquants de tout genre : terroristes, bandits, escrocs, proxénètes et autres délinquants de plus en plus décriés.

le Web avait aussi forgé et mis en évidence la Cyber Dissidence; profitant de son caractère immatériel et quelque fois anonyme et furtif, pour s’ériger en opposition à des structures socio-politiques prédéfinis.

Berceau à ses débuts de la diffusion inconditionnel du savoir pour les Hackers et de la liberté d’expression pour les cyber militants ; le Web est devenu au fil du temps le point culminant d’un contre-pouvoir dont les effets se répercutent aujourd'hui nos sociétés contemporaines.

 

Un Media Populaire

 

Bien que paru au Nord, l’Adhésion à ces nouveaux médias ne fut pas spontanée, surtout dans les milieux politiques et stratégiques ou l’on voyait en cette nouvelle technologie un renversement de la courbe qui durant des décennies avait placé les élites au dessous des masses.

Son plein usage était essentiellement répandu dans les milieux scientifiques.
Mais très vite, des facteurs divers liés à la faiblesse des coûts d’acquisition et d’utilisation, la convivialité et la facilité de l’utilisation de ces dernières dans les sociétés occidentales accentuèrent l’engouement des masses pour ces technologies nouvelles.

Ce qui eu pour effet notable d’effriter le monopole exercé par les pouvoirs publics sur le contrôle de l’information, les plaçant sur le même pied d’égalité avec leurs sujets.

Néanmoins, l’apprentissage nécessaire au maniement de ces nouvelles technologies n’étant plus devenu l’apanage des seuls initiés; ouvrira ces nouveaux pouvoirs aux tendances extrêmes de nos sociétés qui en useront dans l’intention de nuire.

C’est justement le risque lié au contrôle de ces technologies par des mouvances radicales, anarchiques ou extrémistes; dans un contexte de démonopolisation des Etats sur les moyens d’Informations et de communications qui entraîneront une levée de boucliers de la communauté internationale.

Défense de la propriété intellectuelle, verrouillages des savoirs et des techniques de certains domaines, contrôle et surveillance électronique, traçabilité, création, influences ou contrôle de parts importantes dans les Industries du secteur; sont autant de stratagème mis en place pour contrecarrer la révolution du numérique.

Dans le monde de l’Informatique, l’extension considérable du Web dans les différentes sphères de la société n’échappa pas aux yeux larrons des Industries dont la clientèle principale reposait plus sur les Entreprises.

Oubliant leur désintéressement initial pour ces médias, ceux-ci se lancèrent à corps perdu dans cette ruée et adapteront leurs produits et services à l’élargissement du World Wide Web.

 

C’est dans ce contexte de ruée inconsciente et irréfléchie; mû par le lucre, juxtaposée à la radicalisation des milieux Hackers, qu’éclora ce qu’il est commun de désigner comme le Chaos de l’Informatique ; ou le piratage informatique et ses corollaires atteignirent des proportions inquiétantes.

Les différentes lois adoptées dans le cadre de la Cyber-sécurité ne résoudront pas de façon pérenne le problème.

La répression ayant montré ces limites; il est essentiel de devoir se focaliser sur un autre style d'action : le Dialogue

 

DIALOGUE

 

Le contexte s'y prête-t-il ?
Le monde a-t-il à faire à un groupe terroriste ou insurrectionnel pour que l'échec de la contrainte ne le pousse à opter pour le compromis ?

Répondre à cette question, c'est se reporter à la compréhension sociologique et aux causes originelles de l'éclosion des Hackers .

Une Analyse sociologique des communautés virtuelles qui nous amènerait à cerner l'évidence selon laquelle les pirates informatiques se muent chaque jour qui passe en groupe social et en courant de pensée homogène.

Son évolution serait en tout point non moins différente de celle du communisme ou de la pensée anarchiste du XIXème Siècle.

Les Nations-Unies, mais également les instances supranationales comme l'Union Européenne et l'Union Africaine; devraient débuter des réflexions à ce propos, et donner la possibilité aux Hackers de se muer en mouvance social reconnu.

Cette reconnaissance internationale officielle des Mouvements Hackers revêtira un quadruple avantage :

- un Interlocuteur valable pour le secteur public et privé dans le cadre des TIC
- une régulation de la profession du Hacking dans le Cyberespace à travers l'érection des règles de conduites universelles
- la reconnaissance publique du Mouvement poussera un Grand nombre à sortir de la clandestinité, diminuant par là leur nombre dans l'Underground
- Une Coopération plus accrue avec le secteur public et privé dans la Cyber-sécurité, le développement scientifique et l'Informatique Libre.

 

La répression n'est pas une fin en soi. Si elle se doit d'être soutenue et persuasive pour distinguer les Hackers idéologistes des opportunistes ; la Législation ne devrait pas mettre de côté les revendications de ces mouvements et interpréter leur revendications dans un schéma d'équilibre numérique; plaçant sur le même diapason tout les hommes; schéma postulant l'équité pour tous dans l'accès au savoir et à la connaissance.

De telles idées mériteraient-elles que l'on considère réellement tous ces gens pour des illuminés ou des criminels ?

Seule une approche nouvelle du phénomène est à même de garantir la pérennité des systèmes d'informations, la remise en confiance du Public sur ces technologies et un développement plus accru de ces dernières.

Partager cette page

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :