Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
par Trésor Kalonji

Vaincre la délinquance : de l’utopie à la responsabilité

14 Mai 2011 , Rédigé par tresorkalonji.over-blog.com

De profonds changements se sont produits depuis plusieurs années. Des mutations profondes liées au comportement et à l’attitude que suscitent nos actuels modes de vies, la remise en question de plusieurs valeurs essentielles que le modernisme ont repoussé dans l’enclos de l’oubli, nous ont familiarisé à des mots jusque-là très peu usité il y’a encore une cinquantenaire d’années : la Délinquance.

 

Avec ce mot, devenu l’apanage des hommes politiques qui flirtent autour pour donner un sens à leurs discours, se cache une réalité macabre ; le constat d’une société dont des pans entiers glissent chaque jour qui passe dans l’arène des vices. Les répercussions se vérifient dans des couples où les mésententes conjugales conduisent à la séparation et au divorce. Le mariage de nos jours résulte de rencontres fortuites, de coup de foudres dépourvus d’amour, qui cristallisent les passions et finissent par se dissoudre une fois le feu éteint.

 

Dans les couples où sont nés des enfants, le relâchement parental est si criant, du fait des difficultés de conciliation de vues entre les conjoints, que les enfants se forgent leurs propres caractères et orientent leurs éducations en fonction de leurs visions du monde.

Il y’en a qui s’éduquent par la rue, d’autres par la télé, ou encore par les jeux vidéos.

 

Pourtant, dans les débats publics, l’on accorde trop d’importance aux conséquences de la délinquance avec des causes que l’on situe à des degrés divers, alors que la cause véritable ; loin des clichés qui dépeignent la crise financière comme la cause de tous les maux est :        la revalorisation du rôle de la famille.

 

Trois grandes causes sont à la base de la désintégration de la famille :

 

le fait que le mariage soit considéré aujourd’hui comme un contrat et non comme une union.

Le fait de voir dans le mariage une jubilation dans le plaisir de la chair qui, s’il a été l’unique centre névralgique de la cohésion du couple, s’atténue avec le temps, entrainant le couple dans sa quête de sensations, dans le piège de l’adultère et de l’infidélité.

L’égocentrisme des conjoints qui souvent ont tendance à privilégier chacun son intérêt plutôt que de cultiver une vision du « nous ».

 

Ces trois aspects ont détruit les valeurs qu’incarnait la famille et plongé les sociétés de par le monde dans une crise identitaire profonde.

 

Ebranlée, elle n’arrive plus à faire le contrepoids face aux nouveaux courants soufflant sur notre société d’hyper consommation pour les uns ou plongée dans le marasme économique pour les autres.

Les anciens penseurs grecs et plus tard romains, ne plaignaient-ils pas eux aussi du relâchement des vertus familiales face à  l’agitation religieuse et culturelle qui secouaient les fondements même de leurs sociétés ?

 

A cette époque où l’inversion des valeurs s’est généralisée, il faut travailler pour favoriser la formation des consciences, qui sont les supports de la moralité. Mais surtout, il sied de réhabiliter pleinement la famille comme vecteur de cohésion sociale car, seule sa stabilité est susceptible de résoudre l’épineux problème de la délinquance dans les villes.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article