Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
par Trésor Kalonji

L’infodémie : l’alliée du coronavirus en RDC

22 Mars 2020 , Rédigé par TDK Publié dans #Afrique, #RDC, #coronavirus, #réseaux sociaux

Depuis que les premiers cas de Coronavirus ont été déclarés en RDC, une grande partie de l’opinion congolaise est restée sceptique. En cause, une mauvaise communication du ministère de la Santé sur l’identité du premier patient atteint. 

 

D’abord déclaré comme citoyen Belge, le Ministre s’est rétracté plus tard, en affirmant qu’il s’agissait d’un Congolais résidant en France. Un détail, renforcé par la publication d’une députée membre de l’Opposition, qualifiant la déclaration du Ministre de manœuvre initiée dans le but de s’attirer l’aide financière internationale promise aux pays atteint par la pandémie. 

 

Pendant ce temps, le patient zéro accorde une interview à des journalistes. Dans cet élément, il réfute la version officielle et affirme ne pas être atteint de Coronavirus. Une déclaration qui sèmera le doute dans l’opinion, dont une partie se persuada qu’il s’agissait de l’arnaque évoqué par la députée. 

 

Une blogueuse congolaise résidant en Europe, Oscarine Mbikulu, plus connue sous le pseudo de Tata Osca, fera également une vidéo où elle fustige l’inaction du gouvernement, incapable de donner aux Congolais la possibilité de " boire de l’eau potable toutes les quinze minutes". Une action qui selon elle, est nécessaire pour se protéger du virus. 

Alors que le doute persiste sur le patient zéro dont l’infection est même qualifiée par une partie de la presse de « discutable » ; le web est envahi de théories conspirationnistes. La plupart, qualifiant le Coronavirus d’arme biologique ; les autres, proclamant l’immunité des noirs face à la maladie.
 


Face à la multiplicité des cas, le gouvernement décide de fermer les frontières et de restreindre les rassemblements de masse et la mobilité pour limiter l’expansion.

 

Dans son adresse, le Président Tshisekedi fustige la désinformation, comme l’un des éléments favorisant la propagation du virus et exhorte la population à ne s’en tenir qu’aux avis émis par les scientifiques, car, sur les réseaux sociaux ; de nombreuses recettes et prescriptions médicales circulent sur les modes de prévention : boire de l’eau toutes les 15 minutes, retenir sa respiration dix secondes pour vérifier si l’on est infecté, la prise de tisanes ; inondent la webosphère.

 

Des internautes vont jusqu’à préconiser l’auto-médication par l’utilisation de la chloroquine, un produit anti-paludéen retiré du marché et dont des chercheurs affirment qu’elle guérit du Novel coronavirus. 

Fakenews coronavirus RDC
Fakenews coronavirus RDC

La ruée qui s’en est suivi sur ce médicament a facilité la création de circuits d’approvisionnement parallèles, gérés par des mafieux. Des médecins Congolais ont tiré la sonnette d’alarme pour prévenir l’opinion sur les risques de s ‘administrer des médicaments sans surveillance médicale. Sans succès. 

 

Alors qu’au Nigeria, des patients s’étant administrés de la chloroquine sont admis en urgence dans les hôpitaux pour intoxication.

Une riposte 360
La seule source officielle sur l’évolution de la maladie était le compte Twitter du ministre de la Santé. L’opérateur télécom VodaCom ayant accepté de mettre à disposition gratuitement sa plateforme SMS, des messages courts sont envoyés par l’Agence de l’ingénierie de la santé, créée lors de la riposte à Ebola menée dans l’est du pays.

Un site web a été mis sur pied et la communauté technologique, mise à contribution pour participer à la riposte. Les médias audiovisuels quant à eux, ont accepté de consacrer une partie de leur programme à la sensibilisation. 
Malgré toutes ces avancées, le déni de l’existence de la maladie subsiste encore. 

Le ministre a annoncé des cas de contamination locale, ne résultant non pas de personnes en provenance des pays très touchés, mais de personnes établis au pays et ayant négligé les règles de prévention. 

 

Tout comme Ebola à l’est du pays, le nouveau Coronavirus est aidé par les dissensions internes. A l’est, Ebola a servi de prétexte politique pour justifier bien des choses et gêner la riposte. A Kinshasa, le nouveau Coronavirus suit la même trajectoire et se sert de la désunion pour tuer en silence. 

Mettre le web en quarantaine
La situation est devenue tellement préoccupante, que le Directeur général de l’OMS a qualifié d’infodémie, le cycle de désinformation entretenu et qui favorise les comportements à risque. 

 

Si des voix se sont levées pour demander d’interrompre Internet, alors que celle-ci est utilisée pour la sensibilisation et par ceux ayant opté pour le travail à distance ; il est possible d’isoler les individus qui participent à cet effort de désinformation. 

En RDC, 11 comptes ont été identifiés sur Twitter et une bonne dizaine de groupes sur Facebook et WhatsApp favorisant la propagation des rumeurs. 
 

Pourquoi le ministère de l'Intérieur ne mettrait pas sur pied une task Force pour neutraliser ces comptes ? 

 

Je me le demande, car ce qui est certain, beaucoup de Congolais mourront soit parce qu’ils ne se feront pas dépister, soit parce qu’ils auront cru à ce qui se dit sur Internet en s’administrant des doses de médicaments ou des traitements miracles concoctés par des apprentis scientifiques, comptant sur la naïveté des gens pour propager leurs messages. 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article