Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
par Trésor Kalonji

En RDC, le manque d'expérience des jeunes fait peur aux banques

9 Août 2019 , Rédigé par TDK Publié dans #Afrique, #RDC, #entrepreunariat

En 2009, j’assistais au deuxième anniversaire de linauguration de lagence dune grande banque de la place au Rond Point Victoire à Kinshasa. Cest alors quun des employés me raconte une anecdote. « Une femme commerçante est venue solliciter un crédit chez nous pour élargir son commerce. Nous le lui avons accordé. Quelques temps après, un de nos agents lui a rendu visite pour lui demander comment elle utilisait son crédit. Elle nous a surpris, en disant que cet argent lui avait permis de changer le régime alimentaire de sa famille et de manger du poulet chaque jour ».

 

Si cela peut faire rire, cela traduit la réalité à laquelle sont confrontées les institutions bancaires locales face aux entrepreneurs et porteurs de projets. Pour quelquun qui a de bonnes idées mais aucune formation ou expérience antérieure en gestion, le risque est souvent trop grand pour quune banque sengage à ses côtés, sans courir des risques dinsolvabilité.

Le doute des banquiers est encore plus prononcé, lorsque les entrepreneurs qui sollicitent les crédits sont jeunes.

 

Rassurer le secteur

Dans son discours à la nation le 29 juin dernier, le président Félix Tshisekedi annonçait la création dun fonds de soutien aux initiatives entrepreneuriales pour résorber le chômage des jeunes. Il la de nouveau redit lors du forum Tony Elumelu récemment tenu au Nigeria auquel, une cinquantaine entrepreneurs Congolais ont pris part.

Ce fonds devrait couvrir les pertes que subiraient les banques sur des projets portés par des jeunes et ne disposant pas de garanties de remboursement et plafonner les taux dintérêts à des niveaux raisonnables.

 

La formation : lautre problème

Si les jeunes se plaignent de ne pas être soutenus financièrement, lon a tendance aussi à oublier que nombreux ne sont pas encore prêts à gérer des fonds et rendre compte.

Une culture managériale et une éthique que beaucoup duniversités nenseignent pas.

 

Jai rencontré beaucoup dentrepreneurs pour qui, la solution passait dabord par le financement de leurs projets, alors que les notions de management les plus élémentaires leur étaient inconnues.

 

Le contraste se situe au niveau des régions. En Afrique anglophone, il existe une véritable tradition d’élaboration de projets et dentrepreneuriat ancré chez les jeunes. Les chiffres parlent deux-mêmes. 78% de fonds dinvestissement injectés en Afrique en 2018 ont été captés par lAfrique du Sud, le Kenya et le Nigeria.

Caroline Gitau : une jeune entrepreneure Kenyane

Alors que chez les francophones, principalement en RDC, lentrepreunariat nest envisagé uniquement que quand on arrive pas à se caser quelque part et beaucoup sy lancent pas pour prospérer et émerger mais pour survivre.

 

Sortir des sentiers battus

Un jour, je suis tombé sur une requête dun investisseur souhaitant investir largent de sa retraite dans une entreprise prometteuse. Cest le cœur lourd, que jai dû lui remettre la liste de ces 100 start-up africaines considérées comme les plus innovantes et à fort potentiel. Aucune nest de la RDC. Pourtant, lune delle a développé une solution pour monétiser les followers de lartiste Fally Ipupa. Si largent et la formation sont les éléments à acquérir, linnovation elle, est une toute autre paire de manche.

Certains entrepreneurs Congolais ont su mixer innovation et culture d'entreprise et émergent, malgré la conjoncture. Préférant rester loin des conférences et du circuit bancaire, ils focalisent leurs activités sur des levées de fonds en souscrivant à des subventions au niveau national et international. 

L'entrepreneur congolais Dolin Pululu lors d'une exposition devant l'Ambassadeur honoraire des USA au Kenya

 

A travers la fondation Elumelu, c'est un appui financier de 5.000 dollars qui a été mis à disposition d'une centaine de jeunes entrepreneurs congolais.

Des cours seront dispensés à ces lauréats pour leur permettre de bien gérer ces fonds. La jeunesse congolaise aura donc bénéficié denviron 500.000 $ de fonds via cette fondation.

 

La question quil faudra se poser lannée prochaine sera de savoir :

quont-ils fait de cet argent ?

 

La réponse à cette question permettra de déterminer s'il faut privilégier la formation en entrepreunariat pour avoir des jeunes plus mûrs, ou à l'inverse, jouer à l'équilibre entre formations et financements.

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article