Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
par Trésor Kalonji

Visite guidée au quartier général de la Police congolaise

25 Avril 2019 , Rédigé par TDK Publié dans #Afrique, #RDC, #Police, #cybercriminalité

Il y’a environ trois ans, j’avais été convié avec une trentaine de jeunes à une visite guidée du quartier général de la police nationale congolaise. C’était en 2016 et le lieu, situé à côté du siège du Parlement avait tout pour faire peur. Connu sous le nom de CIRCO (à l'époque de Mobutu) comme siège de l'ancienne Gendarmerie nationale, ce complexe abritait déjà tous les services spécialisés. 

A une époque où la Police était désignée comme le mauvais élève en matière de respect des droits de l’homme, l’initiative avait pour ambition de démystifier les lieux et montrer un visage plus humain des forces de l’ordre. Si beaucoup d’acteurs ont changé, l’essentiel des infrastructures n’a pas connu de grandes mutations. On replonge dans ma mémoire.

C’était un jeudi, nous avons quitté la Maison des jeunes de Victoire au sein de l’école primaire Lodja à Kasa-vubu. J’y suivais une formation sur le blogging animée par un enseignant de l’IFASIC (l’institution spécialisée dans la formation des journalistes en RDC). On prend les dernières instructions avant de pénétrer dans le Saint des Saints. Ne pas poser les questions qui fâchent (il y’a toujours quelqu’un dans le groupe qui pense incarner Clark Kent), rester toujours groupés et ne pas s’égarer seul dans les couloirs (on ne sait jamais) et ne pas laisser glisser ses mains un peu partout (c’est le siège de la Police quand même).
 

L’Arrivée

Arrivée des blogueurs au siège de la Police RDC
Arrivée des blogueurs au siège de la Police RDC

A notre arrivée on nous fait poiroter dans la salle d’attente qui donne sur la chaussée. L’officier de garde dit ne pas avoir été notifié de notre visite. L’enseignant qui nous guide insiste et demande à parler à un supérieur. Le ton monte. L’officier (un lieutenant) ne semble pas apprécier qu’on lui donne des injonctions (selon ses dires). Après une petite heure de flottement, nous sommes introduit dans l’enceinte. 

Le temps que l’on soit pris en charge, on nous fait tous attendre, là encore dans une aile où sont garés les véhicules anti-émeutes. Une première mauvaise impression. Ce sont les véhicules qui généralement sortent dans la rue pour asperger de l’eau chaude à des manifestants ou tirer du gaz lacrymogène. Interdiction de filmer ou de prendre des photos des engins bien sûr. Des agents qui nous ceinturent depuis notre entrée veillent au grain. 


Quelques minutes plus tard, notre hôte arrive et nous conduit dans une salle de réunion. C’est le Colonel Ezéchiel Mwana Mputu. Avec la réforme de la Police, les grades ont changé. On ne dit plus Colonel mais Commissaire supérieur. 

Les blogueurs sont reçus par le chargé de communication de la Police - RDC
Les blogueurs sont reçus par le chargé de communication de la Police - RDC

Dans la salle de réunion, les photos des précédents chefs de la Police sont accrochées. Le Commissaire Mwana Mputu nous explique son rôle. Il est le porte-parole de la Police et dirige le service de communication. Il nous brosse le planning de la visite et demande à chaque jeune de se présenter. Il a fini ses études de droit à l’Université protestante. 

Son sujet de mémoire portait sur les origines de la criminalité urbaine. C’est là qu’on apprendra que les ancêtres des shégués (enfants de la rue) traînaient sur les campus de l’Université de Kinshasa en faisant des petits boulots (lessive et vaisselle) en échange de nourriture. Après, ces « moineaux » ont commencé à proliférer et à s’organiser en bandes. 


Cinq jeunes sont choisis pour rencontrer le chef de la Police d’alors, le général Bisengemana. Ils sont emmenés dans une autre pièce pendant que nous on poirote encore une dizaine de minutes. C’est le temps des selfies avec des poses improbables. Nos amis reviennent et nous font la restitution de leur rencontre avec le patron de la police. 

Accueil des blogueurs par le chef de la Police congolaise - Charles Binsengemana
Accueil des blogueurs par le chef de la Police congolaise - Charles Binsengemana

L’enseignant de l’IFASIC a pris soin de sélectionner des gens qui poseraient des questions neutres et non partisanes. 

Le général Charles Bisengemana
Le général Charles Bisengemana

Le général Bisengemana aura été « interrogé » sur la cybercriminalité, les violences policières, la hausse de la criminalité urbaine à Kinshasa et la réforme de la Police par l'intégration des jeunes.
 

La Police à la carte
Après la restitution, la visite a pu effectivement commencer. La première destination a été le mess des officiers situé dans un bâtiment où était gravé une plaque de l’Union européenne. On nous sépare en groupes. 

Je suis le Comissaire Mwana Mputu qui nous emmène dans la salle des serveurs informatiques. Et oui, la Police en a une. On pénètre dans la pièce où la température glaciale me fait oublier tout ce que le jeune homme en charge du réseau nous raconte. 

On sort et on se dirige vers le studio télé. La Police y enregistre une émission spécialisée « Police en marche « et la fait diffuser sur la télévision publique RTNC. 

Le matériel est impressionnant. Une pièce décorée en fond vert sépare de la salle de montage où, un vieux monsieur manipule Adobe Premiere et contrôle une table de montage. On nous autorise à enregistrer un extrait de l’émission pour parler de notre visite. 

On quitte le studio pour se retrouver au premier niveau du bâtiment, aux ressources humaines. 

Les blogueurs dans le bureau du Colonel Khinzi Jean Bosco, aux ressources humaines
Les blogueurs dans le bureau du Colonel Khinzi Jean Bosco, aux ressources humaines

Le responsable des lieux nous montre les piles des dossiers de tous les policiers du pays. Diplôme d’état, fiches académiques, attestation de bonne vie et mœurs. On redescend pour la Direction informatique. Là, le directeur, un général en civil, nous montre en projection l’architecture informatique et les rôles de sa direction. 

Le directeur informatique de la Police congolaise s'adresse aux blogueurs
Le directeur informatique de la Police congolaise s'adresse aux blogueurs

Malgré tout le bruit qu’a occasionné notre visite dans les couloirs, les officiers semblent très enthousiastes à nous parler de leur travail, de leur vécu et de la façon dont l’opinion les perçoit. 

Changement de décor
On quitte le bâtiment « européen » pour rejoindre un autre bâtiment nouvellement construit. On nous fait visiter la salle des serveurs du centre d’appel d’urgence (112). C’est du Hi-tech. Dans la salle où atterrissent les appels d’urgence, c’est une femme (capitaine) qui dirige tout. Des agents sont assis devant des écrans d’ordinateur, casques aux oreilles et reçoivent les appels de détresse. Interdiction de filmer, de prendre des photos ou de parler fort. 

Le capitaine nous explique que son service est en communication avec toutes les unités mobiles d’intervention de la Police, qui sont orientées dans les zones d’intervention.

Un autre officier supérieur nous reçoit. C’est le lieutenant Colonel Mbombo. Il est le chef de l’aile du bâtiment où nous nous trouvons et qui s’appelle C3C. (Centre de cmmandement, contrôle et coordination). 

Le Colonel Mbombo, commandant du C3C accueille la délégation des blogueurs.
Le Colonel Mbombo, commandant du C3C accueille la délégation des blogueurs.

On nous fait visiter la salle de crise où sont gérées les incidents graves avec le concours d’experts en dehors de la Police. C’est l’équivalent de la Situation Room. Toutes les caméras de surveillances publiques disséminées à Kinshasa font converger leurs flux vers le C3C. 

La faim et la fatigue commencent à prendre le dessus. La visite prend fin autour d’un verre offert par le général Bisengemana. 

Je dois dire qu’avant d’entrer dans ce bâtiment, je sous-estimais assez la Police et ses capacités, mais après cette visite, mon opinion a changé. 
 

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article