Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
par Trésor Kalonji

Gérer une page sur Facebook : un travail qui n’est pas réservé à n’importe qui

1 Février 2019 , Rédigé par tresorkalonji.over-blog.com Publié dans #Afrique, #RDC, #community management, #Fakenews

Depuis que les réseaux sociaux se sont imposés dans le paysage médiatique, les internautes, outre les informations qu’ils publient, s’abonnent à des pages et des groupes qui sont organisés suivant des thématiques spécifiques. Ces pages sont ouvertes par des personnes morales (sociétés, associations, groupes d’intérêts) ou par des particuliers. Ces pages, faciles à créer sur Facebook, sont gérées par des personnes, dont le travail, consiste à créer ou poster du contenu. On les appelle les Community managers.

 

Des internautes pas comme les autres

Et oui, il ne suffit pas de se lever un bon matin, d’aller sur Facebook, de créer une page et commencer à y écrire ce qu’on veut pour être appelé Community manager. Si créer une page est aisé, la gérer demande des aptitudes qui ne sont pas à la portée de tout le monde. Mariam Nafougou est une community manager et blogueuse malienne. Sa famille confond très souvent son travail à une activité où elle est rémunérée uniquement pour regarder ce que les gens écrivent sur les réseaux sociaux de jour comme de nuit. 

Daniel Djongelo lui, a eu la même remarque de sa mère, qui s’inquiète que son fils passe toute la journée le nez dans son téléphone, que ce soit au salon, à l’église ou à l’université et insiste pour qu’il trouve un vrai travail. Cette conception erronée d’un métier totalement nouveau dans les milieux professionnels africains n’étonne pas. 
 

Gardiens du temple

Les community managers jouent très souvent le rôle de modérateurs, dans les discussions générées sur leurs plateformes sociales (Facebook, Twitter, Youtube) ou sur les sites internet. Internet étant un lieu où chacun peut dire tout ce qu’il pense, il arrive très fréquemment que des personnes, soit par mauvaise foi ou par inadvertance, écrivent des messages de haine, encourageant la violence ou stigmatisant une personne, une communauté, un concept. 

Discours de haine en ligne - Côte d'Ivoire

Une situation lorsqu’elle n’est pas contrôlée, emmène souvent beaucoup d’internautes, par peur de se faire insulter ou humiliés, de se réserver de tout commentaire. Ce qui laisse plus de place à ceux distillant ces messages négatifs. Ce genre d’auto-censure de ceux et celles qui désirent éviter des confrontations inutiles, nuit à la liberté d’expression reconnue à tous et consacre la radicalisation d’une frange d’internet, type de radicalisation qui si elle n’est pas contrôlée, peut aboutir à des violences dans la vraie vie.
 

BrazzaNews

En 2014, les autorités brazzavilloises décident d’expulser les étrangers en situation irrégulière, au motif qu’ils seraient à la base de la montée de l’insécurité. Dans le lot des expulsés, plusieurs Congolais de l’autre rive (RDC), qui sont expulsés dans des conditions dégradantes, provoquant une levée de boucliers des opinions publiques dans les deux pays. 

Brazzanews, un média en ligne hostile au régime du président Sassou Nguesso, en profite pour exacerber la fibre nationaliste en surfant sur les fakenews et la désinformation. Dans les commentaires sur la page, des internautes appellent ouvertement à exercer la violence sur les sujets Congolais de RDC sans que les community managers n’interviennent. 

Discours haineux - Mbata Ya Bakolo Brazzaville RDC
Fakenews - Mbata ya Bakolo  RDC - Brazzaville

Après plusieurs appels à la retenue, je contacte inbox l'administrateur de la page pour lui faire part de mes craintes. 

Brazzanews fakenews

La réponse que j’ai eue n’a fait que confirmer le fait, que cette situation était entretenue à dessein pour créer le buzz (plus de commentaires et de partage) et gagner en visibilité (plus d’abonnés).

Brazzanews Fakenews media


La modération

C’est à cette étape que je décide de signaler la page à Facebook pour incitation à la violence et à la haine. Facebook supprimera à plusieurs reprises des publications ou des commentaires haineux, mais ledit média continuera sur sa lancée. Des répliques de pages et groupes similaires verront le jour et dans lesquels la haine se changera en incitation au meurtre. 

Brazzanews -incitation à la haine

Des groupes comme Quel Avenir pour le Congo Brazza (fermé depuis) ou Kinshasa na Brazza to bebani, attiseront la flamme pendant longtemps encore, creusant un fossé entre les habitants des deux capitales les plus rapprochées du monde, fossé que le temps n’a pas encore totalement effacé. 
 

Les élections Congolaises
Avant la coupure d’internet en RDC, je me rends sur une page traitant de football dans laquelle une image faisant allusion indirectement au numéro d’un candidat à la présidentielle est reprise dans une rubrique. Très vite, les commentaires qui s’en suivent virent du football à la propagande politique. En pleine campagne électorale et au vu des débordements enregistrés sur d’autres plateformes, cette image était malvenue et susceptible de susciter une guerre de mots. 

Là aussi, l’appel pour qu’une modération soit faite par les propriétaires de la page se soldera par une "réaction" de l'administrateur de la page. 

Community managers réactions déplacées RDC

Or, tout ce que je demandais, c'était quelque chose comme l'exemple d'Africell 

Charte réseaux sociaux Africell RDC

Comme quoi, tout le monde peut créer une page Facebook, ce qui ne fait pas de tout celui qui le fait, un community manager.
 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article