Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
par Trésor Kalonji

Retro digitale de la campagne électorale en RDC : Semaine 3

16 Décembre 2018 , Rédigé par tresorkalonji.over-blog.com Publié dans #Afrique, #CENI, #élections, #Désinformation

A mi-chemin de la campagne électorale en RDC, les positions se crispent, le ton monte et les adversaires ne se font pas de cadeau. Les réseaux sociaux auront été le théâtre d’une semaine très mouvementée.

La mort en direct
L’arrivée de Martin Fayulu, candidat d’une frange de l’opposition, a été émaillée d’incidents à Lubumbashi, la deuxième ville du pays. Des heurts qui auront coûté la vie à au moins deux personnes selon des sources de la société civile. Au cours de la dispersion de la manifestation, une vidéo embrase les réseaux sociaux. 

Martin Fayulu blessé par balle

Martin Fayulu aurait été atteint par une balle. Une position que reprend son porte-parole, la députée Eve Bazaiba, qu’on voit à côté de l’intéressé allongé sur le dos, les yeux mi-clos. Une information qui sera démentie par un blogueur se trouvant dans le cortège. Quelques minutes plus tard, une image du candidat, souriant aux côtes de ses partisans créera la polémique sur l’authenticité des faits décrits dans la vidéo et confirmera que Martin Fayulu avait simplement été intoxiqué par du gaz lacrymogène.

Le tweet incendiaire
Le 13 décembre, un incendie consumait un entrepôt de la commission électorale indépendante à Kinshasa. 8000 machines à voter, destinées à la Ville de Kinshasa partent en fumée. Plusieurs théories conspirationnistes fusent dès lors de partout sur Internet. Les différents camps s’accusant mutuellement de sabotage.

Le gouvernement brûle la Ceni

Dans cet amalgame, c’est un Tweet de Kikaya Bin Karubiconseiller diplomatique du Chef de l’Etat, qui sera présenté comme une preuve de culpabilité. Dans les réseaux sociaux, le Tweet est présenté comme ayant été publié quatre heures avant le début de l’incendie, soit le 12 décembre vers 22 heures. 

Vérification faite, le tweet d’origine a été fait à 5 heures du matin, 3 heures après le début de l’incendie et a été modifié.

Kikaya Bin Karubi - Fakenews


Campagne aérienne
Daniel Shekomba, un autre candidat à la présidentielle optera lui, pour une campagne beaucoup plus originale en utilisant des drones, pour faire circuler ses affiches. Un premier essai sera effectué dans la périphérie de Kinshasa.

Drones et élections en RDC

Le candidat a fait également savoir que ces drones serviront à ses équipes de compiler les résultats des bureaux de vote qui seront envoyés par les témoins à travers une application spécifiquement conçue à cet effet.

Education électorale
Pendant que les réseaux sociaux explosent sous l’effet de la campagne, Negro Revolution, un studio de développement de jeux vidéo, a mis au point une application de simulation électorale. 

Education électorale technologique RDC

Le but étant d’apprendre aux gens à utiliser la machine à voter.

Les membres du Studio ont été menacés dans certains coins de Kinshasa, par des personnes prétendant que l’application réalisait ou enregistrait déjà des votes en faveur d’un candidat. 

Palais de la Nation 2.0
Du côté de la députation nationale, les candidats se sont lancés en ordre de bataille, utilisant notamment WhatsApp et Facebook pour distribuer leurs affiches et messages de campagnes. 

Un contenu très multimédia pour la députée Henriette Wamu dont 78 % des publications sont des vidéos. Patrick Muyaya de son côté a vu sa page gagner 16,7 % de fans en plus, ces 7 derniers jours. Gerard Mulumba dit Gecoco est le candidat député dont le profil Facebook personnel est le plus suivi qu’une page avec 23.000 personnes. 

Eliezer Ntambwe, journaliste Youtubeur freelance dont la chaîne a généré 672.000 vues quatre mois après son lancement peine à se trouver une véritable assise sur Facebook. Il a cependant le soutien de certains influenceurs comme l’activiste Gloria Sengha suivie par 31.000 personnes sur Facebook. 

Influence digitale - élections RDC


Autre candidat Hi-tech, Yves Mpunga déclarait à la presse qu’il focaliserait l’essentiel de sa campagne en ligne. Le candidat dont le programme met un accent particulier sur l’informatisation des services publics et d’autres projets technologiques d’envergure n’a pourtant pas fait bouger les lignes sur Internet, restant très peu visible sur les réseaux sociaux et dans les débats en ligne.


 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article