Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
par Trésor Kalonji

Manga Geek Day 2018: un goût d'inachevé

19 Novembre 2018 , Rédigé par tresorkalonji.over-blog.com Publié dans #jeux vidéo, #RDC, #e-sport

La Manga Week 2018 s’est tenue comme prévue le 3 novembre dernier à la Halle de la Gombe de Kinshasa. Un rendez-vous qui promettait être un trait d’union entre joueurs, concepteurs et amateurs des jeux vidéo vivant dans la capitale. 

L’événement était prévu pour commencer à 10 h 00. Inutile de dire que quand on dit 10 h 00 à un Congolais pour le début d’une manifestation, il faut repousser cela à une ou deux heures plus loin.

Une fois sur les lieux, il est presque 13 heures. On me dira que plus tard dans la soirée, des joueurs s'affronteront à Naruto, FIFA, Injustice 2 et Mortal Kombat. L’enregistrement à ces éliminatoires avait eu lieu en ligne plusieurs mois plus tôt. 
Dans d’autres espaces par contre c’est du free play. Dans un autre coin, des fans de manga esquissent des dessins. Il fait presque 31 degrés à l’ombre. 
Dans un coin j’entrevois un roll-up qui parle de la plateforme d’Orange dédié aux jeux en ligne. 

Je m’y connecte à partir de mon ordinateur. Surprise. Mieux vaut que vous visitiez cela par vous mêmecool

Personnellement en parcourant ce site, je m’attendais à voir du contenu congolais (comme cela été annoncé en ligne). 

Pas très persuasif surtout quand on nous rabat les oreilles avec le LOCAL CONTENT dans des réunions VIP. Je m’adresse à quelqu’un de l’organisation pour m’enquérir de la présence ou non des développeurs de jeux comme indiqué en ligne avant l’événement. Peine perdue. 
Je quitte les lieux, assez déçu. Ce ne sont pas les potentialités locales qui manquent. Les 10è journées informatiques tenues à l’Université de Kinshasa en 2016 avaient déjà mis en valeur deux studios indépendants. 

Jeux vidéo RDC

Je change de cadre. Il fait trop chaud et ce pourquoi je suis venu n’est pas là (pas de développeurs de jeux, pas d’entrepreneurs vidéoludique). 

Après une virée ailleurs je suis de retour vers 18 heures. Le monde s’est tassé par rapport à la journée. Les confrontations des deux meilleurs joueurs sélectionnés par catégorie commencent. Des matchs en deux round qui peuvent aller jusqu’à trois en cas d’égalité. 

 

La suite ? 

La malchance pour certains et le bonheur pour d’autres d’avoir 3 matchs pour départager les deux challengers dans lesquels se trouvait impliqué le Réal Madrid. Et qui dit Réal Madrid dit……….une opposition farouche de leurs voisins catalans à la peau noire qui conspuaient chaque action majeure des Madrilènes. A croire que les jeunes qui s’amassent devant les bars pour hurler à chaque rencontre de la Liga impliquant les deux clubs s’étaient passés le mot. 

Du côté Naruto même cas de figure où trois matchs ont été nécessaires pour départager deux frères d’une même famille. Puis se sont enchaînés Injustice 2 et Mortal Kombat. Les quatre gagnants ont remporté individuellement 500$ de cash et une couverture médiatique dans une émission sur B-One.


Ce à quoi je m’attendais vraiment 
Oui le jeu c’est avant tout un moment de détente. Mais j’aurais aimé que cette convention au-delà de son côté tournoi, réfléchisse sur les aspects économiques du jeu vidéo en RDC. Les tournois en RDC sont légions, chacun le modelant à sa sauce. Malgré cela, aucun Congolais ne participe aux grandes compétitions internationales. 

La Coupe du monde E-FIFA a permis de sélectionner 64 des meilleurs joueurs du monde pour PS et Xbox. Même pas des éliminatoires au niveau local. Le Zimbabwe a organisé des éliminatoires. Au finish, il n’y a eu que 4 joueurs représentant l’Afrique du Sud à Londres, pour un bilan assez mitigé. 

La France a mise au point une loi sur le numérique dans laquelle le jeu vidéo sous son aspect e-sport est mentionné. 

Le dernier grand forum d’entrepreneurs en RDC a mis en exergue le "local content" comme levier pour développer la RDC, quel que soit le secteur.

A-t-on réfléchi à voir comment accompagner ces studios congolais qui essaient de sortir la tête de l’eau en créant du contenu local ? 

Quel plan pour accompagner les entrepreneurs qui souhaitent développer leur business dans le domaine ? 

La croissance des salles de jeux à Kinshasa montre déjà la rentabilité de cette activité, mais quel est la politique pour encadrer ces mini-entreprises ? 

Des interrogations pour lesquelles j’espérais obtenir des réponses lors du Manga Day. Les geeks et les Otaku ne sont pas seulement à la manette et au crayon. Ils réfléchissent aussi. 

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article