Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
par Trésor Kalonji

Franc-maçonnerie en ligne : quand ce qui est caché devient transparent

13 Octobre 2018 , Rédigé par tresorkalonji.over-blog.com Publié dans #RDC, #faussaire, #franc-maçon, #illuminati, #escroquerie

Lorsqu’on évoque l’occultisme en Afrique en général et en RDC en particulier, les yeux se tournent en premier vers diverses sociétés secrètes, auxquelles on colle plusieurs qualificatifs. De tous ces groupes, les francs-maçons sont certainement ceux qui reçoivent le plus de critiques, notamment suite à la surmédiatisation dont ils font l’objet. 

Dans la mentalité populaire, les maçons ou tout autre membre d’une société occulte vivent dans la richesse et accumulent les biens matériels. Pour beaucoup de jeunes lassés par des conditions de vie difficiles, la facilité d’intérioriser cette croyance a poussé nombreux d’entre eux à la quête des loges à travers lesquelles, ils espèrent résoudre les aléas de l’existence.

Les frères en ligne
C’est en surfant sur ces croyances d’opulence exaltées dans de nombreux récits, que des escrocs tirent parti de cette situation pour s’improviser en Grand Maître, Vénérable ou Chevalier de pseudo-loges. Agissant derrière de faux comptes Facebook ou via des groupes WhatsApp, ils recrutent des membres, leur font passer des rites initiatiques fantaisistes en se basant sur les nombreux faux et vrais manuscrits circulant sur Internet. 

Ces arnaqueurs usent de la naïveté de leurs victimes pour leur demander de l’argent pour différents prétextes : achat de tenues de cérémonie, de bougies pascal, talismans et de divers autres subterfuges qui sont censés procurer aux nouveaux adeptes, gloire et richesse financière. 
 

Le mobile money pour caisse
Les adeptes qui prennent contact avec ces pseudo-maitres ne les rencontrent généralement jamais. La communication entre eux passe par Messenger ou WhatsApp et les règlements exigés via mobile money. 

Ce fut le cas à Lubumbashi notamment où, ces maîtres exigeaient de l’argent qu’ils prétendaient être capables de faire fructifier en peu de temps. 
 

Face à face
Il arrive que ceux qui prétendent faire partie de ces loges rencontrent physiquement les candidats souhaitant y adhérer. C’est l’expérience vécue par l’un d’eux, Flory (nom changé) 27 ans, infographiste dans une agence d’événementielle à Kinshasa. 

Recruté via l’ami d’un ami, il décrit des individus pleins d’assurance et de maîtrise. Ces derniers lui ont promis une ascension sociale s’il se conformait aux exigences de ce groupe, revendiquant sa filiation à l’ordre disparu des templiers. Il lui sera exigé 400$ (dont 200 pour l’obtention d’un passeport). Outre cela, une lettre manuscrite sollicitant l’adhésion, ainsi que des frais pour l’obtention d’accessoires pour les cérémonies (environ 200$). L’infortuné paiera une avance de 350$ espérant dans un premier temps être en mesure d’adhérer et d’obtenir les autres éléments plus tard. Puis plus rien. Tous les numéros de contact ne passaient plus. 

La personne ayant facilité le contact s’est elle aussi volatilisée. De peur d’être pointé du doigt, Flory a préféré se taire et ne pas porter plainte. Les personnes flouées comme lui dans cette aventure sont « logées » à la même enseigne que les francs-maçons.


C’est ainsi que pullulent ces fausses obédiences en ligne. Beaucoup étant des imitations créées par des personnes ayant été elles-mêmes francs-maçons, les ayant fréquentés ou lu leurs ouvrages. La floraison de littérature et de données multimédias sur la question a réveillé l’imagination de plusieurs filous qui en profitent pour vendre du vent. 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article