Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
par Trésor Kalonji

Journée mondiale du Blog : portrait robot de trois blogueuses congolaises

31 Août 2018 , Rédigé par tresorkalonji.over-blog.com Publié dans #blog, #RDC, #journée mondiale, #changement social

Aujourd’hui, c'est la journée mondiale du Blog. Il en existerait près de 200 millions dans le monde. Ils appartiennent aussi bien à des particuliers qu'à des entreprises. En RDC, le Blogging est pratiqué par des particuliers ainsi que par des communautés.

A Kinshasa : en 2015, une vingtaine de jeunes se réunissent sous le label Kin Blogging Positif. Le but étant de réunir des blogueurs pour parler positivement de la ville de Kinshasa.

A Lubumbashi : en 2016, la communauté Blogging Lubumbashi réunit une vingtaine de blogueurs sous la supervision d’un entrepreneur pour valoriser les initiatives locales réalisées par les jeunes.

Alobi : une initiative qui a pour ambition de créer des communautés dans les principales villes du pays dont Kinshasa et Kikwit.

Blogoma : collectif de blogueurs de la ville de Goma. Ils lancent des campagnes de sensibilisation sur l’engagement civique et citoyen.

HABARI RDC : collectif national regroupant une centaine de blogueurs répartis dans quatre grandes villes de la RDC.

 

Portrait-robot de trois blogueuses.

 

Heidi Kabuya Mbombo, 28 ans et avocate.

Comment es-tu devenue blogueuse ?

En décembre 2015, un blogueur revenant d’une formation à Dakar a tenu une réunion à la Radio Télé Reveil. C’est la première fois que j’ai entendu parler du Blogging et de ses opportunités et décidé de m’y lancer. J’ai créé mon premier blog sur Wordpress www.heidikabuya.wordpress.com 

Puis par après, j’ai rejoint la communauté de blogueurs dénommée HABARI RDC.

Quel a été ton premier article ?

Il s’intitulait "chères femmes ne restez pas muettes".

Qu’est-ce qui t’a motivé à écrire ce billet ?

J’étais affligée du fait que les femmes ne s’intéressaient pas aux questions de gouvernance. J’ai eu l’idée d’écrire pour qu’elles puissent se présenter aux élections, afin de garantir la parité qui nous est garantie par la constitution.

Depuis que tu es blogueuse, comment apprécies-tu l’impact de tes publications ?

C’est à mon deuxième billet dans lequel je parlais du Blogging comme mode d’expression moins connue du public, que j’ai suscité la curiosité de la plupart de mes compatriotes, qui s’y sont intéressés.  Beaucoup confondaient cela aux réseaux de télécommunications ou disaient que je m’étais lancée dans la politique et me décourageaient de continuer.

Qu’en disent les journalistes ?

Des journalistes m’ont souvent abordé pour me dire que l’on faisait leurs métiers sans aucune préparation. J’ai dû leur expliquer la différente de traitement de l’information entre les deux. Le blogueur exprime plus un point de vue, un vécu documenté sur des bases factuelles. Ce qui rend nos publications beaucoup plus humaines que celles traitées dans les médias traditionnels.

 

 

 

Cynthia Samba Mudikal, 23 ans. Je suis community manager

Comment es-tu devenue blogueuse ?

J’ai rencontré plusieurs blogueurs lors de rencontres organisées par le collectif des blogueurs d’Habari en septembre 2016. Après cela, j’ai créé mon premier blog www.sambamudikalcynthia.centerblog.net

Puis, j’ai de nouveau participé à deux formations organisées par l’Association Internews et Counterparts en février 2017. A l'issue de cette formation, j’ai lancé un deuxième blog sur la fiction www.contesethistoiresdekairos.wordpress.com .

Et plus tard, j'ai de nouveau enchainé avec une formation sur le Vlogging avec Counterparts, où j’ai appris à éditer des vidéos pour les blogs. Puis par après, j’ai rejoint la communauté de blogueurs dénommée HABARI RDC.

Quel a été ton premier article

Il s’intitulait YAKA TO FANDA la complicité des amoureux

Qu’est-ce qui t’a motivé à écrire ce billet ?

Les couples à Kinshasa peinent à officialiser leurs relations à cause des montants exorbitants demandées lors de la dot. Pour y palier, ils font une petite cérémonie de présentation appelée prédot et juste après ce préliminaire, ils vivent pleinement leurs vies conjugales sans s’acquitter des autres règles de la coutume.  

Depuis que tu es blogueuse, comment juges-tu l’impact de tes publications ?

J’avais déjà cette passion pour l’écriture sans vraiment mesurer l’impact que cela aurait sur l’opinion. Par exemple, c'est le cas d'un article où je me questionnais sur le choix du conjoint par rapport aux préjugés sur les tribus (il en existe plus de 250). Cela a suscité beaucoup de débats sur les préjugés dans la société congolaise.

Comment as-tu évolué depuis ?

Les différentes formations dont j'ai bénéficié m’ont stimulé à entreprendre et innover. C’est là où je me suis découvert une nouvelle passion pour les jeux vidéo par exemple. Cela est partie d’une observation sur le manque d’orientation scolaire. Et en cherchant une alternative à cela, j’ai découvert que les jeux ont le potentiel de faciliter l’apprentissage hors des normes traditionnelles. De là est ainsi venu l'idée de créer un blog pour en parler www.gameuse243.overblog.com 

Je suis ainsi devenue Beta-Testeuse (testeuse de jeu), d’abord en ligne puis dans mon cabinet. Je propose des sessions de coaching pour les élèves en leur apprenant des jeux qui leur permettent d’avoir confiance en eux et relever leurs notes.

Un dernier mot ?

Je conseille aux jeunes de s’intéresser au Blogging comme une étant un tremplin vers le monde professionnel. J’ai par exemple été contactée par quelqu’un qui me proposait de racheter mon premier blog. Puis par après, c’est une spécialiste des ressources humaines qui me proposait un travail. Et plus récemment, une agence qui désirait faire du placement publicitaire sur un de mes blogs. Aux jeunes qui souhaiteraient se lancer, je leur recommande de changer leur centre d’intérêt et se mettre à lire les blogs des autres pour se faire une meilleure idée de ce qu’il faut pour devenir un bon ou une bonne blogueuse.

 

 

 

Patricia Tshizanga Mukundi, 28 ans, assistante en communications sociales à l’université Révérend Kim et  Coordonnatrice de la jeunesse francophone congolaise

J’ai entendu parler du Blogging pour la première fois à l’Université catholique du Congo. En deuxième licence, le Blogging est un chapitre du cours d’e-learning. J’ai ainsi créé mon premier blog en 2013 www.patriciatshizanga.blogspot.com 

Mon premier article était mon Travail de Fin de Cycle.

Kin Blogging Positif est venue de l’idée d’un blogueur qui avait participé à une formation organisée par Mondoblog, un projet de la Radio RFI. L’idée étant de réunir des jeunes Kinois pour parler du blogging. Anne Marie Makombo, une politicienne a évoqué le besoin d’étendre le projet à l’échelle nationale.

Elle a même pris l’initiative de constituer un réseau de femmes blogueuses sur la politique à Mbuji-Mayi dénommée www.kamwanyam.blogspot.com   

Réunissant essentiellement les activistes et jeunes engagés, Kin Blogging positif s'était assigné le but de promouvoir  des informations vérifiables en ligne, à une époque où les fakenews n’avaient pas la même ampleur qu’aujourd’hui.

En quoi les blogs influencent la société ?

Les blogs sont un espace de valorisation et de promotion de la liberté d’expression. Ces micro sites ne nécessitent pas de connaissances techniques poussées et permettent de libérer une parole trop souvent emprisonnée dans notre société conservatrice. C’est ainsi que j’ai rejoint la communauté HABARI RDC,  où je suis en charge de la planification, du suivi et de l’évaluation. J’y mesure l’impact du blogging sur la société congolaise sur tous les plans.

Les blogueurs d’HABARI ont par exemple interpellé le gouvernement sur les incidences de la surfacturation du courant du barrage hydro-électrique de Matebe au Nord-Kivu qui a poussé les élus de cette partie du pays de se saisir de la question.

Au Kasaï, les travaux du stade de football Kashala Bonzola étaient restés à l’arrêt pendant deux ans. C’est l’article publié par un blogueur qui après de nombreuses réactions en ligne,a fait sortir les autorités de leur torpeur et accéléré les travaux qui se sont achevés huit mois plus tard.

Un autre article sur des casques bleus de la Monusco favorisant la prostitution dans le Kivu, a abouti à l’ouverture d’une enquête des Nations Unies. Je pense vraiment qu’au vu de ces quelques éléments, que le blogging est un instrument de changement social.

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article